Quel est notre ligne éducative ?

Pour qu’un enfant soit à l’aise à la crèche, il doit avoir intégré en lui une sécurité affective. C’est la base de notre cœur de métier. 

« Vous dites : c’est épuisant de s’occuper des enfants. Vous avez raison.

Vous ajoutez : parce que nous devons nous mettre à leur niveau : nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser.

Ce n’est pas cela qui nous fatigue, mais le fait que nous devons nous élever jusqu’à la hauteur de leurs sentiments : nous élever, nous étirer, nous hisser sur la pointe des pieds… pour ne pas les blesser. » (Janusz KORCZAK)

Janusz Korczak – le père des droits de l’enfant

Chaque enfant se doit d’être accueilli par étape avec les parents qui jouent un rôle primordial en nous parlant de leur enfant dans son caractère, ses habitudes et son histoire de vie. 

Il est primordial que les parents aient confiance en la structure d’accueil afin que l’enfant soit à l’aise et s’autorise à s’épanouir en dehors du cocon familial.

C’est ensuite aux professionnelles de prendre le relais et d’apprendre à connaître l’enfant en s’appuyant sur les échanges partagés avec sa famille.

Le respect des rythmes et de l’intimité 

Chaque enfant en fonction de son âge et de sa personnalité propre a des besoins différents concernant le sommeil, l’alimentation, le nursing. C’est donc aux professionnelles de s’adapter à chacun en répondant à leurs besoins, sans devancer les demandes. Il est primordial d’avoir des informations sur les habitudes éducatives familiales pour comprendre le plus finement possible les réactions de chaque enfant.

La verbalisation de l’adulte 

« Nous n’existons que parce que nous sommes reliés aux autres par la parole. » (Françoise DOLTO)

La verbalisation de l’adulte, c’est accompagner l’enfant dans chaque moment qu’il vit, chaque émotion, c’est mettre du sens sur ce que l’enfant n’arrive pas à exprimer. 

La plupart des enfants n’ayant pas encore acquis le langage, ou étant aux prémices de cet apprentissage, ne peuvent pas nous exprimer toujours clairement leurs besoins et demandes, ce qui peut être à l’origine de frustrations et d’incompréhensions. 

Le fait d’accompagner chaque moment de vie de l’enfant de paroles l’aide à prendre conscience qu’il est un sujet sensible qui vit des émotions agréables ou désagréables, mais qu’elles sont entendues, comprises, et que ce sont des réactions humaines normales, même si elles sont parfois à canaliser.  

Proposer sans forcer ni imposer 

La crèche est le premier lieu de socialisation de l’enfant en dehors de son cadre familiale. Notre structure a pour objectif de proposer un cadre rassurant et bienveillant, diverses activités d’éveil (aux niveaux moteur, sensoriel, intellectuel), le partage de différents moments de la vie quotidienne (repas, soins, accompagnement au sommeil). 

Ces différentes expériences sont toujours formulées par les professionnelles sous forme de propositions et non d’impositions.

« Autonomiser un enfant, c’est le laisser prendre sa liberté et en user. » 

(Françoise DOLTO)

Francoise Dolto – pédo psychanaliste qui a beaucoup apporté à la compréhension de la petite enfance

L’enfant est libre de choisir ce qu’il a envie de faire et à quel moment. Ce mode de fonctionnement apprend à l’enfant qu’il est un être unique qui peut faire des choix et peut exprimer ses envies. Chaque enfant peut donc développer sa propre personnalité. La collectivité n’empêche pas une certaine forme de liberté. 

Ne pas anticiper les nouveaux apprentissages sans en parler avec la famille  

Les premiers mois et les premières années de vie sont des périodes où l’enfant évolue très vite. L’équipe souhaite que chaque parent vive pleinement le développement et l’évolution de son enfant. C’est pour cela que l’équipe ne veut pas anticiper sur ce que la famille met en place au niveau éducatif. 

Nous suivons le développement de l’enfant à travers ce que nous en dit la famille. Ceci n’empêche pas de pouvoir échanger avec les parents lorsque l’on sent l’enfant prêt à passer un stade de développement au niveau psychomoteur, alimentaire ou autre.

Diversifier les propositions en respectant les stade de développement de l’enfant 

« L’enfant n’est pas un vase qu’on remplit, mais un feu qu’on allume. » 

(Cécile B. Loupan)

La crèche est le mode d’accueil par excellence force de propositions variées afin de permettre à chaque enfant d’expérimenter dans les domaines qui l’intéressent selon chaque stade de développement. Les enfants ont des périodes où ils s’intéressent particulièrement à un jeu parce qu’ils sont en train de maîtriser cet apprentissage. 

La répétition permet de comprendre et de maîtriser un geste, une logique intellectuelle, des émotions…

La crèche doit permettre à l’enfant d’exprimer librement ses envies d’activités, mettre à disposition, ce dont il a besoin pour satisfaire son éveil et sa curiosité. Laisser des temps de jeu libre est également primordial, car l’enfant apprend en jouant sans forcément l’intervention de l’adulte.

Développer les inter-relations entre enfants 

La collectivité permet aux enfants dès le plus jeune âge d’interagir ensemble. Les adultes se doivent  de permettre à ces relations entre enfants d’exister dans la bienveillance. Notre objectif n’est pas forcément d’intervenir systématiquement, mais permettre à l’enfant de comprendre ce qu’il se joue dans sa relation à l’autre, et intervenir quand il est en difficulté ou quand il y a mise en danger bien sûr. 

Naturellement et spontanément, les enfants cherchent à entrer en relation et la vie en crèche est riche de rencontres et de relations que ce soit auprès des professionnelles ou d’autres enfants. 

Permettre une réelle collaboration avec les parents : la coéducation

Nous souhaitons nouer des relations auprès des parents d’égal à égal. Nous sommes professionnelles avec des compétences et des connaissances spécifiques. Chaque parent a également ses compétences parentales, ses connaissances et nous souhaitons accompagner l’enfant chacun à notre niveau dans une idée de partage de savoirs. 

Les parents participent à la vie de la crèche au Berceau des Rois

Cette notion de coéducation se développe est prend tout son sens si on regarde l’intérêt  de l’enfant. Si les adultes qui s’occupent de lui partagent des idées et des méthodes d’éducation, l’enfant ne se sentira pas morcelé entre 2 mondes mais sera enrichi de ce qui se partagera pour son épanouissement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *